Les subventions pour les vélos électriques

Les vélos électriques sont des véhicules qui ne présentent aucun risque pour l’environnement. Dans ce sens, l’état incite les consommateurs à se procurer ce type de véhicule, notamment pour les déplacements en zone urbaine. Pour ce faire, une subvention est mise à la disposition de tous ceux qui souhaitent acheter un vélo électrique, afin de promouvoir l’écomobilité. L’état met à la disposition des consommateurs 2 types de primes : la Prime nationale (dans tout le pays) et la prime locale selon les communes.

Il y a t’il des subventions pour les vélos électriques ?

 

  1. La prime nationale pour l’achat d’un vélo électrique

Cette subvention a failli être arrêtée en 2017, mais elle a été prolongée avec quelques attributions et changements. Durant cette année, elle a été utilisée par plus de 250 000 Français. Il est également à savoir que tous les acquéreurs ne sont pas forcément éligibles.

  • Les conditions d’éligibilité sont :
  • Être majeur et domicilié en France
  • Être non imposable sur les revenus 2017
  • Avoir bénéficié d’une aide à l’achat de la part d’une collectivité locale

Cette prime n’est pas cumulable avec la prime locale. Aussi, son montant ne pourra être au-dessus de celui attribué par la collectivité locale. Néanmoins, les associations militant pour le développement du vélo sont loin d’être satisfaites de ce dispositif mis en place. Selon eux, les 20% accordés aux futurs acquéreurs de vélos électriques sont une suppression déguisée de ce type d’aide. Les revenus de chacun ne sont pas considérés, or la somme fournie par l’état est le même pour tout le monde.

 

  • Suppression de la prime

La prime pour l’achat d’un vélo électrique a été supprimée au début février 2018. Selon l’état, cette décision a été prise pour que les collectivités locales prennent leurs responsabilités en subventionnant elles-mêmes les vélos électriques. Durant sa validité, l’état octroyait un bonus de 20% pour l’achat d’un vélo à assistance électrique. Tous les Français bénéficiaient de cette aide, peu importe la ressource ou le lieu de résidence. Il fallait juste que le vélo neuf ne nécessite pas l’utilisation de batterie au plomb. Cette aide financière a été limitée à 200 €, or le prix d’un vélo électrique était de 1300 €  en 2016.  Il n’était également pas possible de cumuler cette subvention avec celles des communes. Il fallait alors que les nouveaux acquéreurs fassent un choix entre la subvention fournie par l’état et la subvention fournie par chaque commune française. En fin de compte, la subvention fournie par les communes françaises est beaucoup plus avantageuse, car elle peut s’élever jusqu’à 400 €, soit 33%.

 

2- La prime locale selon la commune

La prime nationale fournie par l’état pour l’achat d’un vélo électrique a finalement pris fin en janvier 2018. Tous les nouveaux acquéreurs n’ont donc plus bénéficié des 20% du prix d’achat d’un vélo électrique, soit 200 €. Dans ce sens, des communes françaises ont pris l’initiative de subventionne l’achat de vélo électrique. La subvention varie selon la commune. Voici quelques communes françaises subventionnant les achats qui ont lieu dans leurs localités :

  • La ville de Paris

En tant que capitale, Paris fait de la lutte contre la pollution une de ses priorités. L’usage des vélos électrique est donc très favorisé dans cette grande ville. Cette motivation de la mairie est d’ailleurs remarquable par rapport au montant de la subvention qui s’élève à 33% du pris d’achat, soit à hauteur de 400 €.

  • La Métropole Rouen-Normandie

Comme Paris, cette ville a pris conscience des effets de la pollution sur l’environnement, essentiellement provoqués par les voitures. De ce fait, il incite la population à s’octroyer un vélo électrique. Pour ce faire, elle offre une subvention à hauteur de 30% pour l’achat de ce type de véhicule, soit un montant de 300 €.  Cette subvention est disponible à tous ceux qui ont des conditions de revenus suivant le barème disponible sr le site de la métropole.

  • La municipalité de Daix

La commune de Daix est l’une des communes françaises qui s’engagent fortement dans la protection de l’environnement. Depuis 10 ans, elle ne cesse de convaincre sa population sur la nécessité des modes de déplacements verts. Accessibles à tous, les vélos électriques sont très conseillés dans cette localité. D’ailleurs, le relief de la ville ne permet pas aux résidents de rouler avec un vélo classique. La commune de Daix subventionne sa population de 400 €  pour tout achat de vélo électrique, soit 33% du prix à l’achat.

  • La communauté de commune de la Plaine de l’Ain

Cette commune française souhaite favoriser davantage le transport multimodal. Pour ce faire, la communauté de commune de la plaine de l’Ain offre une aide financière de 30% pour tout achat de vélo électrique dans la limite de 500 € . Cette initiative a été prise en prenant compte des kilomètres à parcourir entre le trajet gares-lieu de travail et vis versa. Si vous prenez souvent le train, vous pouvez opter pour un vélo électrique pliant, que n’occuper pas beaucoup de place lors de vos voyages.

  • La communauté urbaine d’Arras

La communauté urbaine d’Arras figure parmi les communes françaises qui ont pris leur responsabilité dès l’annonce de l’annulation des subventions fournies par l’état. En effet, cette ville offre une subvention à hauteur de 30% pour tout achat de vélo électrique à la limite de 300 € . Pour bénéficier de la subvention dans cette localité, le formulaire à remplir est disponible sur le site de la communauté urbaine.

 

Conclusion

La France s’est engagée depuis longtemps pour la préservation de l’environnement. Dans ce sens, l’état incite fortement la population à favoriser l’utilisation des véhicules électriques. Pour ce faire, une subvention à hauteur de 200 € soit 20% est offerte à l’achat de vélo électrique effectué en territoire français. Mais cette aide financière a été annulée en février 2018. Les communes françaises ont donc continué de subventionner l’achat de ce genre de véhicule dans leur localité. Plus avantageux, ce bonus peut aller jusqu’ 33%, soit 400 €. Il est noté que le montant de l’aide financière varie selon chaque commune française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *